Préparation mentale ou préparation psychologique: Comment se repérer? 3. Du côté pratique 21/8/2010

Share
Download PDF

djokovicDu côté pratique

  • SEUL OU EN GROUPE

Les séances peuvent être individuelles ou collectives en fonction du contexte et des effets recherchés. Ainsi, en préparation mentale, faire une séance de visualisation/relaxation en groupe peut être utile, alors qu’en préparation psychologique, on peut utiliser un groupe de parole pour dénouer des conflits à l’intérieur d’une équipe et avec l’entraîneur.

LES ELEMENTS CONSTITUANT LES SEANCES

En préparation mentale, il s’agit principalement d’exercices, alors que la préparation psychologique est basée sur un face à face de type « entretien » pour commencer les séances, car il s’agit d’avoir la possibilité pour le sportif d’évoquer des situations ou problèmes.Ensuite, il peut y avoir des combinaisons selon l’objet de la séance.

LA FREQUENCE DES SEANCES

La fréquence va dépendre des objectifs de préparation. Mais quel que soit le type de préparation, il faut que le travail soit régulier. Il est important d’établir une relation de confiance avec le préparateur/psychologue et également de s’assurer d’un travail dans la durée afin que les effets soient bénéfiques. En préparation mentale, l’apprentissage des techniques mentales peuvent parfois demander du temps pour acquérir les bases, les améliorer et les intégrer en compétition.

On peut également distinguer des préparations mentales ou psychologiques qui se font dans le cadre des stages où les séances sont rapprochées.

A QUEL AGE ET QUEL NIVEAU PEUT ON EFFECTUER UNE PREPARATION?

Il n’y a pas vraiment de restriction en fonction de l’âge et du niveau. Par rapport au niveau, une préparation est utile pour des compétiteurs réguliers, qui s’entraînent physiquement et rentre dans une approche globale. Il est déjà plus répandu, étant donné le niveau d’exigence et de stress, de l’utiliser dans un niveau de haute compétition à professionnel. On peut effectuer une préparation mentale/psychologique à tout âge en fonction de ses objectifs. Cependant le travail psychologique sera différent en fonction de la maturité du sportif.

Conclusion

En conclusion, opter pour une préparation mentale ou un suivi psychologique est une question d’objectifs et de besoins. Les méthodes mixtes sont intéressantes car elles permettent à la fois une écoute nécessaire et en plus des outils utiles à la préparation du sportif.
Ce qui est primordial dans le travail psychologique, est qu’il permet de s’adresser à quelqu’un de neutre, en dehors du staff sportif, et non soumis aux contraintes de résultats (le psychologue ne demande pas compte au sportif, ce qui compte est le bien être psychique).
Il permet au sportif d’avoir une écoute régulière, attentive aux problèmes éventuels sans toutefois intervenir ou influencer dans sa vie privée. Le sportif peut ainsi avoir une personne de confiance, auquel il peut expliquer ses éventuelles difficultés liées à la pratique sportive, aux conditions d’entraînements, aux relations avec les sportifs ou entraîneurs, ou à sa vie privée et professionnelle. Le psychologue peut également orienter, guider, conseiller ou même élaborer un programme d’entraînement mental avec le sportif en fonction de sa demande.

A lire également Préparation mentale ou psychologique? Article 1. Définitions   Article 2. Différencier les outils

Références :
Marc Lévèque. Sport et psychologie : l’apport du psychologue aux acteurs. Actes de l’entretien de l’INSEP, n°4. 1993.

psycholo

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *