Podcast Gamberge: Stéphane Houdet

gamberge_podcast_houdet

Stéphane Houdet est né en 1970. Très jeune il se passionne pour le tennis et rêve de devenir champion. Il se classe 2/6 mais décide plutôt de se consacrer aux études pour devenir vétérinaire. A 25 ans, un accident de moto lui prive l’usage d’une jambe et lui change sa destinée. Il se reconstruit personnellement et décide de se mettre au golf handisport à haut niveau. Il devient alors n°1 Français et Européen.

Il découvre le tennis fauteuil et se rend compte que la place de n°1 mondiale lui paraît accessible. Dès lors il décide de s’y consacrer pour réaliser son rêve d’enfant. Il remporte Roland Garros et l’Us Open à deux reprises en simple, ainsi que 19 victoires en doubles dans les tournois du Grand Chelem. Il parvient à la place de n°1 mondial et a aussi une médaille d’argent olympique en simple et de bronze en double. Actuellement, sa quête de performance n’est pas rassasiée et se destine à continuer le circuit le plus longtemps possible. 

Dans ce premier épisode, il évoque d’abord sa passion pour le tennis et cet esprit de compétition qui le caractérise. Il parle de son accident comme une chance et un évènement qui l’a ramené vers ses rêves d’enfant. 

« Quand on chute, on dit « je ne peux plus ». Souvent, c’est corroborer par un entourage qui confirme, par la société, qui dit « t’es petit, tu ne peux pas jouer au basket (..) Changer le regard, c’est quelque chose qui m’anime. Depuis tout petit, je me rends compte que les choses sont possibles et que souvent on est notre premier frein. Ma phrase, c’est « si c’est possible, c’est déjà fait et si c’est impossible, je le ferai ». 

Il explique aussi comment il était convaincu de pouvoir atteindre la première place mondiale et son envie de toujours progresser vers de nouveaux objectifs. Cela explique aussi pourquoi il continue toujours son parcours vers l’excellence.

Dans le deuxième épisode, Stéphane aborde sa manière de gérer ses émotions et ses questionnements sur la routine d’avant-match. Il relate ses souvenirs de sa première finale de Roland Garros en s’appuyant sur le livre de Yannick Noah. Il parle du plaisir comme étant central dans la compétition et sa manière d’enlever la pression lors d’un match important. 

 » Je me suis beaucoup construit mentalement, depuis que je suis tout petit, tout seul (…)Je jouais au mur contre tous les meilleurs joueurs du monde. Je jouais et je disais « Stéphane, Mc Enroe.. » et je battais tout le monde (..) C’est Mr Enroe ou Borg qui ratait. Je pense qu’on se construit ce mental et qu’après on le parfait avec les outils d’aujourd’hui ». 

Pour retrouver Stéphane Houdet

Pour écouter le Podcast